En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Diététique chinoise à Ferrières

“Que ton aliment soit ta seule médecine !”’ Hippocrate

 

Manger chaud même en été ? Si vous allez dans le désert, va-t-on vous proposer des crudités et des boissons glacées ? Non, mais un couscous bien chaud et du thé brûlant. A la longue, le fait de manger froid, va perturber votre équilibre général. A tester pendant quelques semaines… Essayez de manger des aliments frais, c.à.d. fraîchement cuisinés, de la saison et de la région le plus souvent possible.
 

Août – Septième mois – 7 août – 7 septembre
Durant le septième mois, le foie et le coeur sont peu agités :
Seul l'organe des poumons a une énergie abondante.
Il convient d'apaiser et de tranquilliser sa nature foncière et ses passions.
Augmenter le salé et diminuer le piquant.
Aider l'énergie, tonifier les tendons afin de nourrir la rate et l'estomac. » (Sun Si Miao, Les Prescriptions valant mille onces d'or).

¤ On augmente la saveur salée subtile et nourricière (tofu, soja, lentilles, algues, poisson, céleri…), qui stimule le coeur par son énergie assouplissante et nourrit les reins, mère du foie, le foie et le coeur disposant de peu d'énergie.
¤ On diminue la saveur piquante ( poivre, gingembre, ail, moutarde, piment, alcool...) pour ne pas s'opposer à l'expression rétractante de ce début d'automne, les poumons ayant une abondante énergie.
¤ On consomme du blé (pâtes, boulgour, couscous ...) des huîtres, du saumon, du poulet, de l'agneau, du soja, des œufs, des pommes, du raisin, des noix, et on utilise des aromates et des plantes (safran, menthe, houblon, pétales de lys chinois, miel) pour éviter la survenue d'anxiété, de mélancolie, de tristesse par excès de mouvements passionnels, séparation de fin d'été, angoisse du retour au quotidien après les vacances.
¤ On aide l'énergie par des aliments qui la stimulent globalement : navet chinois, carottes, tofu, pois, avoine, orge, œufs, dorade, mulet, caille, pintade….
¤ On tonifie les tendons par la chair du crabe, du mulet gris, de l'anguille ou de la pieuvre, de la farine de blé ou de châtaigne en galettes, de l'agneau, du fromage de chèvre ou de brebis.
¤ On nourrit la rate et l'estomac avec l'orge, le riz, la pomme de terre, la viande de bœuf, les figues et le persil afin d'entretenir l'énergie du corps et fortifier son rassemblement au centre, niveau de la rate et de l'estomac.
   

Alimentation et longévité ?

La Médecine Traditionnelle Chinoise est si étroitement liée à la nourriture qu'elles sont inséparables.
En Chine, dans les temps anciens et encore récemment, l'alimentation formait la base de la médecine préventive et était une cure permanente.
De bonnes habitudes alimentaires renforçaient l'organisme, lui permettant de lutter contre l'agression d'agents pathogènes et de guérir plus rapidement. La nourriture était considérée comme une technique de soins ce que découvre depuis peu l'Occident.
Selon la diététique chinoise, tous les aliments possèdent des propriétés entraînant une action sur le corps et, dans certains cas, susceptibles d'agir sur la maladie.
Ces théories reposent d'abord sur les grands principes de la Médecine Traditionnelle Chinoise, comme le Qi, le Yin et le Yang, etc.
Pour la MTC, la santé est la capacité de l'organisme à maintenir la dynamique nécessaire pour affronter les agressions. D'où la nécessité d'une harmonie de l'Energie (Qi) à l'intérieur du corps, ainsi qu'entre le corps et les éléments extérieurs.


Les grands principes

Les aliments sont classés suivant un système de catégories identique à celui servant à l'identification des substances médicinales :
  • Les quatre Energies : chaud, tiède, froid, frais ;
  • Les cinq Saveurs : acide, amer, doux, piquant, salé ;
  • Le Yin et le Yang ;
  • Les toniques et sédatifs, etc.


La vitalité d'un aliment

Elle dépend de sa fraîcheur, du mode de culture ou d'élevage et de son intégrité (sans processus de transformation comme le raffinage, le broyage, certains modes de cuisson, les radiations, etc.). Plus la vitalité d'un aliment est forte, plus elle nous est bénéfique.


La nature d'un aliment

L’un des plus anciens secrets de la diététique chinoise concerne la nature des aliments, en résumé, on dit que la nature d’un aliment est chaud ou froid.
Attention, dans la diététique chinoise un aliment de nature chaude n’est pas un aliment qui est cuit et un aliment de nature froide n’est pas un aliment cru.
Le choix des aliments est fait en fonction du tempérament dominant de chacun : chaud, froid ou neutre.
L’énergie dégagée par les aliments de nature tiède et chaude conviendra pour les personnes de type froid et déficient.
L’énergie dégagée par les aliments de nature neutre conviendra à toutes les personnes
L’énergie dégagée par les aliments de nature fraîche et froide conviendra pour les personnes de type chaud et en excès.

On peut dire que les aliments de type tiède ou chaud ont pour effet d'augmenter l'activité métabolique et de fortifier l'énergie Yang tandis que les aliments de type frais ou froid ont la propriété de " refroidir la chaleur ", de ralentir les réactions de l'organisme et de soutenir l'énergie Yin.
Voici quelques exemples d'aliments en fonction de leur nature :
  • Froid : asperge, céleri, tomate, banane, crabe, menthe.
  • Frais : aubergine, blé, mangue, blanc d'œuf, huître.
  • Neutre : arachide, chou, ananas, beurre, boudin.
  • Chaud : alcools forts, gingembre sec, piments.
  • Tiède : citrouille, oignon, riz, poulet.



La saveur d'un aliment

Chaque saveur (piquante, douce, amère, acide, salée) engendre une activité spécifique dans l'organisme. Chacune permet également de nourrir un des Organes et, à travers celui-ci, tout le système qui en dépend.
L'harmonie des saveurs est fondamentale à l'équilibre, car manquer d'une saveur induit la malnutrition de toute une catégorie de fonctions.
En contrepartie, l'excès d'une saveur se retourne contre l'énergie de l'Organe auquel elle est associée. On peut dire, par exemple, que l'alimentation occidentale souffre d'un excès de saveur douce à cause de la surabondance d'aliments sucrés (le sucré est de la saveur douce très concentrée).
Voici quelques exemples d'aliments en fonction de leur saveur :
  • Piquant : oignon, radis, huile de soja, coriandre.
  • Doux : bœuf, caille, carotte, tofu, réglisse.
  • Amer : foie de porc, laitue, rhubarbe, vinaigre.
  • Acide : fromage, tomate, cerise, raisin.
  • Salé : canard, crabe, sauce de soja, algues.
 
Une consommation d'aliments " chauds " comme l'agneau, le gingembre, le piment, etc. peut entraîner l'apparition de symptômes de type " excès de chaleur ", qui peuvent être évités par l'absorption de desserts " frais " comme orange, citron vert ou pastèque.
Les Chinois considèrent plusieurs autres facteurs influençant l'impact d'un aliment ou d'un repas :
  • La provenance de l'aliment : les végétaux ayant poussé dans le climat où nous vivons sont plus appropriés à notre constitution que ceux venus d'une autre région du monde.
  • Le mode de préparation : de façon générale, les aliments cuits sont préférables aux aliments crus.
  • Le contexte : climat, saison, heure du repas.
  • Le cadre : ambiance du repas.

Demeurer en bonne santé ou intervenir sur des déséquilibres par le biais de l'alimentation est une réalité de la Médecine Traditionnelle Chinoise.
 

Découvrez la galerie photos

 

Aujourd'hui

C°min

C°max